Actualités

Renan met le cap sur le Maroc en R5 - Ploemeur

samedi 26 décembre 2009

Les participants tourneront la page du Nouvel an dans le désert. L'occasion pour Renan de méditer sur sa vocation d'ingénieur dans l'environnement.
Élève de l'École des Mines de Nantes, le jeune Ploemeurois prend ce samedi le départ du Students Challenge. Témis, entreprise installée à Kergantic, les accompagne dans ce périple.


L'Histoire
C'est à l'École des Mines de Nantes, dont il est élève, que Renan Delalande, 20 ans, a découvert le Student Challenge. « Une association s'est créée pour aider des équipages à participer au départ au 4L Trophy et à ce challenge un peu différent », explique Renan. Moins axée sur l'aventure, cette course se déroule au Maroc. Elle est organisée par Maienga, la société organisatrice du rallye des Gazelles, pour le compte d'une société marocaine. « C'est une course de régularité qui affiche des objectifs humanitaires et une conscience écologique », note le jeune homme.
Trois équipages devaient partir. Il n'en reste qu'un, celui de Renan et sa coéquipière, Aude Morin. « A la fois pour notre motivation et parce qu'il fallait pouvoir y consacrer un certain temps. » Les deux seront au départ, aujourd'hui à Toulouse, d'une épreuve qui les ramènera en France le 6 janvier.
2 600 € récoltés pour l'inscription
Avant de partir, il a fallu trouver des sponsors. Plusieurs entreprises morbihannaises et nantaises leur ont permis de réunir les 2 600 € de l'inscription. « Cette somme paie les frais, le repérage du parcours, l'aide technique, l'organisation de bivouacs propres et respectueux des populations locales. La plus grosse partie est versée à l'association de Yann-Arthus Bertrand, Action carbone.org, pour une compensation intégrale des émissions de CO2 occasionnées par le challenge », précise Renan.
Daniel et Virginie Le Namouric, à la tête de l'entreprise de tuyauterie industrielle Témis, ont apporté leur aide « en fabriquant et installant une plaque de protection sous le châssis de la R5 ».
« Une première pour moi
A l'heure du départ, Renan avoue avoir un peu le trac. « Contrairement à Aude, ce type de voyage est une première pour moi. » Mais il ne cache pas son impatience. « Une journée de ce périple sera consacrée à planter des palmiers dattiers au village d'El Begaa près d'Erfoud pour créer une palmeraie. Nous partons aussi avec un colis d'aliments de base pour participer à la lutte contre les carences nutritionnelles. »